Sélectionner une page

Si vous avez n’avez pas eu le temps de réfléchir à vos pronostics d’avant match, mais que vous souhaitez tout de même parier, parier à la mi-temps ou en fin de match peut s’avérer être une technique gagnante, même si quelques confusions sont à ne pas faire.

Le pari en direct

Le gros avantage des paris sportifs sur internet par rapport aux jeux traditionnels que l’on peut trouver dans les bureaux de tabac est la possibilité de jouer en direct. Beaucoup de joueurs aiment parier en même temps qu’ils regardent le match sur leur télévision ou sur internet, ou bien même depuis le stade où se déroule le match en lui-même, car cela leur procure beaucoup d’adrénaline, puisqu’ils observent l’évolution du score en direct.

Le Half-time/Full time

Le monde des paris sportifs connaît un vaste choix en ce qui concerne les types de pari, et parmi ceux-là, l’un des plus connus et des plus appréciés par les joueurs est sans aucun doute le Half-time/full-time (mi-temps/fin de match). De nos jours, la totalité ou presque des sites internet de paris sportifs présente ce genre de jeu, et sur presque tous les matchs de football qui sont joués.

En général, les sports collectifs sont les sports les plus touchés par ce style de paris, et plus particulièrement le football.

Le Half-time/full-time est un type de pari dont le but est de parier sur quel sera le résultat du match à la mi-temps ainsi qu’à la fin de celui-ci, en désignant quelle sera l’équipe qui aura l’avantage au milieu de la partie, mais aussi quelle est celle qui emportera le match. Le joueur a aussi la possibilité de parier que la partie se terminera sur un match nul, ce qui au total représente donc neuf possibilités de choix sur un unique match. Prenez comme exemple de Half -time/full-time (Mi-temps/fin de match) un match opposant l’équipe du FC Barcelone au Real Madrid.

Supposez donc que ce match mené par le FC Barcelone face au Real Madrid se déroule dans le cadre de la Ligue des Champions. Un joueur entreprend donc de poser un pari half-time/full-time, et fait donc face, comme vu plus haut, à neuf choix possibles proposés par le bookmaker.

  1. La première possibilité de pari est que l’équipe du FC Barcelone sera celle qui mènera le jeu à la mi-temps, et qui gagnera le match à l’issue de celui-ci. Ce pari se voit attribuer une cote de 4,40.
  2. La deuxième possibilité de pari est que l’équipe du FC Barcelone mène le jeu à la mi-temps, mais que le match se solde par un match nul. Le bookmaker attribue à ce choix une cote de 11.
  3. La troisième possibilité de pari est que l’équipe du FC Barcelone mène le jeu à la première mi-temps, mais qu’elle soit rattrapée par l’équipe du Real Madrid durant la deuxième partie du match et perde finalement à l’issue de celui-ci. Ce pari se voit attribuer une imposante cote de 21 en raison de son côté risqué. Les gains seraient de ce fait très importants.
  4. La quatrième possibilité de pari est que la mi-temps se solde par un match nul, et que le FC Barcelone remporte finalement le match à l’issue de celui-ci. Le bookmaker attribue une cote de 6 à ce pari.
  5. La cinquième possibilité de pari est que le match soit nul à la mi-temps, et que le score soit toujours nul à la fin du match. Le bookmaker attribue une cote de 5 à ce pari.
  6. La sixième possibilité de pari serait de penser que le match sera nul à la mi-temps, mais que le match se solde par une victoire de la part du Real Madrid. Ce scénario se voit attribuer une cote de 6,50.
  7. Le septième scénario consiste en un avantage du Real Madrid à la mi-temps, pour que finalement l’équipe du FC Barcelone reprenne l’avantage durant la deuxième partie du jeu et se porte vainqueur du match. Un beau retournement de situation comme celui-là obtient une cote de 12.
  8. L’avant-dernier scénario, le huitième, dit que le Real Madrid dominerait le jeu à la mi-temps, pour que le match se solde finalement par un score nul. On attribue une cote de 12 à ce choix.
  9. Finalement, le dernier scénario place le Real Madrid en avance à la mi-temps, et en vainqueur du match. Ce pari se voit attribuer une cote de 4,75.

Si par exemple vous décidez de miser dix euros sur le huitième choix, alors vous pourriez emporter une somme de cent-vingt euros si le scénario se réalise.

Quel est l’intérêt du mi-temps/fin de match ?

Le principal intérêt de ce type de pari est principalement l’importance des cotes qu’il propose pour les joueurs les plus expérimentés. Certains matchs sont relativement intéressants à jouer, notamment ceux pour lesquels l’une des équipes est très en forme et domine sans grosse difficulté durant la première mi-temps, pour un pari de type 1/1.

La technique des 6/9 sur les paris mi-temps/fin de match

Parier à la mi-temps au football - paris sportifs

Souvent décrite comme une façon aisée et rapide de gagner de grosses sommes d’argent tous les jours (de 2000 à 3000 euros en général), la méthode 6/9 consiste à parier à chaque mi-temps et à chaque fin de match sur quel sera le résultat exact. Cette technique propose de jouer de façon indifférente sur les résultats les moins envisageables, ceux dont les cotes sont supérieures à 6.

Quel est le piège ?

On pourrait facilement penser qu’en jouant 6 résultats sur 9, on aurait alors 2 chances sur 3 de gagner, c’est-à-dire une forte probabilité. Cependant, c’est faux, et c’est un mensonge qui est énormément relayé par les personnes qui préconisent cette méthode. Effectivement, tous les scénarios proposés durant un même match ne se sont pas équiprobables, c’est-à-dire qu’ils n’ont pas la même chance de se produire.

Vous n’avez absolument pas 2 chances sur 3 de gagner : par exemple si vous pariez sur l’ensemble des cotes supérieures à six, alors vous jouez sur les scénarios ayant le moins de probabilité de se réaliser, c’est-à-dire que vous ignorez ceux étant presque sûrs de voir le jour. En résumé, vous n’avez quasiment aucune chance de gagner.

Si les cotes sont aussi élevées, c’est uniquement parce que les bookmakers estiment qu’elles ont une probabilité proche de zéro de se réaliser, et ne prendraient pas ce risque si ce n’était effectivement pas le cas. Si en effet, il s’agit d’une méthode « facile » de se faire de l’argent, il faut néanmoins se souvenir que parier demande du savoir-faire et de l’expérience afin de ne pas se ruiner.

Les paris les plus rentables pour les bookmakers

Comme vous l’avez vu plus haut, vous n’avez pas, comme vous pourriez le croire, deux chances sur trois de remporter votre pari avec une cote aussi haute. C’est d’autant plus faux que les bookmakers récupèrent une marge sur chaque jeu.

En effet, cette marge diffère selon les matchs qui sont menés, mais aussi selon le genre de pari que vous aurez choisi. Dans le cas des paris de type mi-temps/fin de match, les bookmakers fixent leur marge à environ 20 % contre 10 % dans le cas de paris 1N2 traditionnels. Ainsi donc, ce type de paris est bien rentable pour les bookmakers, mais nettement moins pour les parieurs, surtout les moins expérimentés, qui jouent sur six des neuf résultats possibles et perdent indéniablement de l’argent.

Ce type de pari est une arnaque vis-à-vis des joueurs menée par de nombreux sites internet et dont l’objectif est uniquement d’escroquer des personnes un peu naïves et n’y connaissant absolument rien aux paris sportifs.

Ces sites internet n’ont qu’un seul objectif en tête, celui de vous lier à un bookmaker, et ce à tout prix. En relayant la fausse information de la promesse d’un gain facile et important, ils espèrent pouvoir rassembler un maximum de personnes qui ne sont pas nécessairement conscientes que l’argent facile n’existe pas, ce sans quoi les bookmakers ne prendraient pas la peine de travailler. Faites bien attention à ce type de promesse, et soyez vigilant quant aux risques que les paris en ligne peuvent amener.

Un autre type d’arnaque : la méthode 2/3

Ce type de pari est à peu près similaire à la méthode 6/9, sinon qu’elle n’est valable que pour les jeux avec uniquement trois issues à la fin du match (souvent les 1 x 2). Comme les types d’arnaques vus précédemment, les personnes voulant la prospecter vous vendent des paris à très grosses cotes et vous font croire que vous avez 2 chances sur 3 de remporter un jeu.

Évidemment, tout comme pour la méthode 6/9 et comme vous l’avez lu, vous n’avez pas comme promis deux chances sur trois de gagner, et même beaucoup moins que cela. Si vous voyez un pari avec une petite cote en ligne, c’est que le bookmaker sait que cet évènement a bien plus de chances de se réaliser. Faites attention, restez alerte vis-à-vis de ce que vous lisez sur internet et ne tombez pas dans le piège de la promesse de l’argent facile.

Quelques conseils pour ne pas tomber dans le panneau

Ne misez pas sur des cotes faussement gonflées (cotes supérieures à 40)

On trouve très souvent ce type de cote dans les paris mi-temps/fin de match. Vous devez savoir que ce genre d’évènement ne se réalise que tous les 60 à 70 matchs environ, soit excessivement rarement.

Ne misez pas sur des cotes trop basses (cotes inférieures à 1,2)

Bien que sur le court terme ce type de paris puisse vous être favorable, il est très peu rentable sur le long terme. Ces cotes indiquent souvent une équipe ou un joueur favori, mais soyez vigilant car une contre-performance est vite arrivée.

Sélectionnez plutôt des paris « simples » et non des « complexes »

Faites attention aux paris de type hasardeux vous proposant de jouer, par exemple, sur la minute à laquelle sera marqué le premier but. Ce type de pari est beaucoup trop risqué et aléatoire pour vous êtes favorable. Tournez-vous plutôt vers des paris de type 1N2 (Victoire, match nul, ou défaite).

Essayez de faire des paris combinés sur quelques matchs

Parier à la mi-temps au football - paris en ligne

En général, en pariant chez un bookmaker, vous pourrez parier sur le nombre de matchs que vous souhaitez. En jouant de façon judicieuse et avec de la réflexion, vous pourriez gagner de petites sommes à chaque pari, et faire grossir vos gains au fur et à mesure. Par exemple, si vous décidez de faire un combo entre trois matchs avec des cotes correspondant à 2,5, 3 et 4,2, vous pourrez multiplier votre mise par 31,5 (2,5 x 3 x 4,2 = 31,5).

Ne vous précipitez pas, et jouez au dernier moment

Profitez de l’avancement du match et du déroulement des évènements pour récolter un maximum d’informations sur le déroulement du jeu (joueurs, blessures, etc.) avant de miser. Cela vous permettra de mieux mesurer les risques que vous prenez avant de jouer.

Ne misez pas sur une équipe démotivée

Renseignez-vous bien sur l’équipe sur laquelle vous comptez miser avant de jouer. Sachez qu’une équipe qui est déjà championne ou reléguée manquera sûrement de motivation durant la partie et ne sera pas la plus propice à se surpasser pour remporter le match. Privilégiez une équipe ayant un objectif bien précis en vue.

Inscrivez-vous chez différents bookmakers pour bénéficier des différentes cotes

Selon le bookmaker chez lequel vous pariez, les cotes peuvent grandement varier. Peu de gens le savent, mais les cotes peuvent connaître de grandes variations d’un bookmaker à l’autre. Par exemple, une cote peut varier jusqu’à 30 % de différence de gains. Il existe des comparateurs de cotes en ligne permettant de repérer quelles sont les cotes les plus intéressantes.

Essayez de bénéficier des bonus à l’inscription sur les sites internet de paris sportifs

Cela vous permet de profiter d’un capital de départ très intéressant ainsi que de nombreux avantages.

Faites attention à votre budget

N’oubliez jamais que le pari sportif n’est rien qu’un divertissement et que le budget que vous allouez à ce divertissement ne doit jamais empiéter sur votre confort de vie. Si vous pensez être dépendant aux jeux d’argent ou que vous commencez à connaître des problèmes financiers, alors des sites internet peuvent vous aider à vous en sortir.

En définitive, afin de parier à la mi-temps au football, il vaut mieux s’armer des meilleurs pronostics. En effet, parier en ligne ne devrait pas être pris à la légère, d’autant plus si vous songez à parier sur plusieurs matchs à la fois : la mise de départ peut rapidement dépasser vos capacités financières.